De retour des JMJ, elles témoignent !

Elles reviennent tout juste des JMJ où elles viennent de vivre une semaine inoubliable ! Marion, Juliette, Pauline, Inès, Maria, Bénédicte, Ségolaine, Aude, Nada, Soleen, Capucine, Hermine, Sixtine, Justine, Églantine et Ombeline – des clubs Valensole et Lanfrey – ont accepté de répondre collectivement à nos questions et de nous raconter leur formidable aventure.

Témoignages personnels
Opus Dei - De retour des JMJ, elles témoignent !

Quelles ont été les différentes étapes de votre voyage aux JMJ ?

Notre voyage s’est déroulé en trois étapes. Pour nous préparer à ces journées mondiales, nous avons tout d’abord consacré deux jours à faire du bénévolat en Slovénie, à Ljubljana. Notre mission : remettre en état une église et rendre visite à des personnes âgées en maison de retraite.

Marion et Soleen à la maison de retraite à Ljubljana (Slovénie)


Remise en état d'une église (Sveti Jakob) à Ljubljana- Sixtine, Maria et Justine


Nous avons ensuite passé toute la semaine des JMJ à Cracovie, comme des dizaines milliers de jeunes venus du monde entier. Sur le chemin du retour enfin, nous avons fait une dernière étape à Vienne où nous avons pris le temps de faire le bilan de ce voyage. Après une Messe d’action de grâce, nous avons donc repris les messages clés du Pape, identifié ce que nous pouvions tirer de cette expérience et fait un point personnel pour prendre des résolutions concrètes.

Pourquoi avez-vous décidé de partir aux JMJ? Qu’attendiez-vous de ce rassemblement ?

Nous croyons que Dieu, en cette année de la Miséricorde, nous y a convoqués, à travers le Pape pour que nous puissions expérimenter l’universalité de l’Église. Nous avons voulu vivre cette aventure pour nous mettre à l’écoute du Christ, pour faire le point et voir comment nous rapprocher encore plus de Lui et faire sa volonté.

Votre vision du Pape et de l’Église a-t-elle changé suite à ces JMJ ?

Oui, le Saint Père nous est apparu beaucoup plus proche car nous nous avons eu la chance de le voir célébrer la Messe et de l’entendre s’adresser à nous en toute simplicité. Ce fut une réelle joie ! L’Église est souvent représentée de manière caricaturale, comme une institution vieillissante. Or là nous avons pu toucher du doigt son universalité et nous rendre compte que les jeunes en font partie intégrante, contrairement à l’image parfois véhiculée dans l’opinion publique.

Nous avons par ailleurs pu réaliser plus concrètement à quel point l'Église est composée de personnes qui, bien qu’issues de cultures très différentes, sont profondément unies par le Christ et leur condition d’enfants de Dieu. Ainsi, les buts de l’Église restent les mêmes pour chaque chrétien, quelle que soit sa culture d’appartenance : rechercher la sainteté, rapprocher tous les hommes de Dieu (qu’ils soient chrétiens ou non), semer la paix pour établir le règne du Christ et ainsi conduire chaque homme au bonheur.

Quels sont les moments/ événements/temps forts des JMJ qui vous ont le plus marquées ?

Ce voyage nous a permis de rencontrer nos frères et sœurs du monde entier. Et vous pouvez nous croire, ils sont très nombreux !

Nous avons été particulièrement émues par les célébrations aux côtés du Pape : se retrouver au milieu de deux millions de jeunes venus du monde entier, réunis entre joie et ferveur et parvenant à se recueillir ensemble, est une expérience incroyable ! Une communion que nous avons d’ailleurs pu vivre tout au long de la semaine, à chaque coin de rue, lorsque nous croisions d’autres groupes. Nous avions beau ne pas parler la même langue, nous nous saluions et nous chantions ensemble à la moindre rencontre !

Si nous devions retenir plus particulièrement un temps fort, ce serait la célébration d’ouverture. Au cours de cette première rencontre très priante, c’est comme si nous pouvions ressentir l’action de l’Esprit Saint unissant toutes les personnes présentes à Blonia autour du Pape. Ce fût un grand moment de joie et de fraternité entre tous les chrétiens.

Autre moment qui restera gravé dans nos mémoires et dans notre cœur : une messe à laquelle nous avons pu participer à Częstochowa avec 700 jeunes francophones. Dans ce lieu si symbolique, l’émotion et le recueillement étaient à leur comble !

Si vous deviez retenir une idée forte des JMJ, quelle serait-elle ?

Ce serait ces mots du Pape « Je suis peiné de rencontrer des jeunes qui sont des retraités précoces, résignés, ennuyés et ennuyeux ». En effet, rien n’est plus triste que des jeunes éteints, sans lumière et sans joie, sans espérance et sans perspectives d’avenir. En entendant ces mots du Pape François, nous nous sommes toutes pris une « claque » qui – nous en sommes convaincues – nous sera bénéfique ! Il nous appartient en effet de construire l'avenir et de prendre en main nos vies pour laisser une trace positive et durable dans le monde. Chacun de nous doit apprendre à être acteur de sa propre vie, car le bonheur ne naît jamais de la facilité et du laisser-aller. C’est à nous de le construire !

Bénédicte, Marion, Justine et Maria

Pensez-vous que, suite à ces JMJ, quelque chose va changer dans vos vies?

Nous en ressortons grandies, plus fortes et avec l’envie de nous donner davantage pour avancer sur le chemin de la sainteté ! Véritable puit de grâces dans nos vies, ces journées nous ont permis de découvrir les moyens à notre disposition pour parvenir à la sainteté, et notamment la confession !

Concernant la prière, nous avons compris que l’important n’était pas simplement de participer à la Messe, mais bien de tenter de prier tout le temps - dans la rue, dans nos occupations quotidiennes, etc. – afin de transformer toute notre vie en prière. Le Seigneur n’est pas lointain, comme il peut nous arriver de le croire. Il est accessible et se rend proche de nous.

Par ailleurs, alors qu’il est parfois difficile dans notre vie de tous les jours de témoigner de notre foi – tant nous avons l’impression d’être perçus comme des « extraterrestres » –, ces JMJ nous ont permis de nous ressourcer en nous rappelant que nous n’étions pas seules.

Enfin, cela peut paraître anecdotique mais nous avons aussi constaté que le latin n’est pas une langue morte, oubliée et inutile, mais bien la langue de dialogue et de communion au sein de l’Église universelle… un peu à l’image de l’anglais à travers le monde.

Vous avez évoqué à plusieurs reprises l’idée de sainteté. Comment définiriez-vous la sainteté ?

Pour nous, être saint, c’est avant tout répondre à la volonté de Dieu. C’est savoir s’abandonner et mettre à disposition ses talents pour sa plus grande gloire. Une invitation qui n’est pas sans rappeler à Marion une citation latine apprise au lycée : « Ad augustus per angustus », « Vers les sommets par des chemins étroits » !

Que signifie pour vous être chrétiennes en 2016 ?

Être chrétiennes aujourd’hui - et plus particulièrement dans notre pays - est une véritable responsabilité. C’est notre mission de témoigner et d’annoncer le Christ aux autres. #JesusChristyouaremylife ! Plus concrètement, nous dirions qu’être chrétiennes, c’est suivre le Christ dans la joie en cherchant à s’abandonner toujours plus.