Rennes : de la communication aux cités.

Le Club Guerlédan, à Rennes, proposait aux lycéennes deux activités utiles durant les vacances de la Toussaint. Un week-end de communication suivi d’un séjour d’animation pour des enfants de quartiers difficiles.

Initiatives sociales

« Apprendre à bien parler », week-end de communication pour lycéennes.

Samedi matin. Tandis que Rennes se réveille, de grands cris montent du club Guerlédan : une « ado » pique sa colère ?… Pas de panique ! C’est le week-end de communication qui vient de démarrer. Une dizaine de lycéennes se mettent en jambe avec deux heures de théâtre. L’objectif ? « Faire connaissance rapidement, être en confiance, s’échauffer par quelques impros » explique Pauline qui anime l’atelier. S’échauffer ? Oui, car la communication, c’est un vrai sport d’équipe : on apprend, on se jette à l’eau, on échoue, on recommence… encouragé par l’ensemble du groupe. Les lycéennes sont venues pour se préparer à un examen oral du bac ou tout simplement pour gagner de l’aisance et optimiser leurs interventions orales. Plusieurs ateliers se succèdent, mais c’est sans conteste les « exposés filmés » qui font le plus trembler « Ils sont extrêmement efficaces, avant tout pour que les adolescentes acceptent leur image » explique Marie, la journaliste venue de Paris. Des cours théoriques on retiendra l’importance de la tenue et le lien entre communication, intimité et intériorité.

Pour Marie, une des participantes, le bilan est clair : « J’ai moins peur de parler devant une assemblée ; je connais mes défauts d’expression orale et gestuelle ». Camille, elle, a appris que le stress n’était pas toujours mauvais et qu’il fallait au contraire s’en servir pour mieux réussir. Chacune repart avec un point concret à améliorer et une bonne impulsion pour ce début d’année scolaire !

« Vacances utiles » animation de vacances pour les enfants (de Maurepas).

C’est maintenant devenu traditionnel : à la Toussaint, Guerlédan organise des animations pour les enfants d’un quartier difficile de Rennes. Cette année, 11 étudiantes et lycéennes se sont relayées pour faire passer un bon moment à ces enfants qui ne partent pas en vacances. Les différents jeux et sorties sont une façon pour eux de découvrir d’autres horizons que les tours de leur quartier. Les enfants, dont certains sont maintenant des habitués, ne viennent pas pour telle ou telle activité mais surtout parce qu’ils sont en confiance, contents qu’on s’occupe d’eux, et parce qu’ils se sentent entourés et écoutés. Il n’y a pas pour les enfants d’activités chrétiennes à proprement parler. La plupart d’entre eux ne croient pas en Dieu ou sont musulmans. Mais il y a beaucoup de vertus humaines à transmettre : la bonne humeur, la politesse, ne pas tout considérer comme un dû, ne pas vouloir régler le moindre problème par un coup de pied… Tout cela ne coule pas de source ! Mais évidemment, celles qui en ressortent gagnantes à 200% sont les animatrices. Une occasion en or de se rendre utile et de valoriser ce que chacune a appris dans sa famille, avec ses amis…« On réalise mieux, parce qu’on le voit de ses propres yeux, l’importance du cadre familial pour l’enfant. Et puis, on se sent plus responsable de transmettre ce que l’on a reçu ».