Fondateur Textes du jour

“Aie recours avec confiance à la Sainte Vierge”

Lorsque tu verras que ton cœur est sec, et que tu ne sais que dire, aie recours avec confiance à la Sainte Vierge. Dis-Lui: ma Mère Immaculée, intercède pour moi. Si tu l'invoques avec foi, en plein dans cette sécheresse, Elle te fera goûter la proximité de Dieu. (Sillon, 695)

Contemplons maintenant sa Mère bénie, qui est aussi notre Mère. Au Calvaire, à côté du gibet, elle prie. Ce n'est pas là une attitude nouvelle chez Marie. Elle ne s'est jamais comportée différemment, quand elle remplissait ses devoirs, en s'occupant de sa maison. Au milieu de ses occupations courantes, elle demeurait attentive à Dieu. Le Christ, perfectus Deus, perfectus homo (Symbole Quicumque), a voulu que sa Mère qui est la plus éminente des créatures, celle qui est pleine de grâces, nous affermît elle aussi dans ce désir d'élever toujours notre regard vers l'amour divin. Rappelez-vous la scène de l'Annonciation: l'Archange vient délivrer son message divin (l'annonce qu'elle serait Mère de Dieu); il la trouve en prière. Marie est entièrement recueillie quand Saint Gabriel la salue: Salut, comblée de grâces, le Seigneur est avec toi (Lc 1, 28.). Quelques jours plus tard, elle laisse éclater sa joie dans le Magnificat; ce chant marial que l'Esprit Saint nous a transmis grâce à la minutieuse fidélité de saint Luc est le fruit des rapports habituels de la Très Sainte Vierge avec Dieu.

Notre Mère a longuement médité les paroles des saints, ces hommes et ces femmes de l'Ancien Testament qui attendaient le Seigneur, ainsi que les événements auxquels ils ont été mêlés. Elle s'est émue devant cette succession de prodiges, devant le débordement de la miséricorde de Dieu pour un peuple si souvent ingrat. Cette tendresse divine constamment renouvelée fait jaillir ces mots de son cœur immaculé: Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur, parce qu'Il a jeté les yeux sur son humble servante (Lc 1, 46–48.). Les fils de cette bonne Mère que sont les premiers chrétiens ont appris cela d'elle; nous aussi nous pouvons apprendre et nous le devons. (Amis de Dieu, 241)