Saint Josémaria Textes du jour

“Comment va cette présence de Dieu?”

Tu manques de vie intérieure: parce que, pendant ta prière, tu ne considères pas les préoccupations des tiens, ni le prosélytisme— parce que tu ne t'efforces pas d'y voir clair de prendre des résolutions précises et de les mettre en pratique parce que tu n'as pas de vision surnaturelle dans ton étude, dans ton travail, dans tes conversations, dans tes rapports avec les autres...— Comment va cette présence de Dieu, qui est la conséquence et la manifestation de ta prière? (Sillon, 447)

J'ai beaucoup de peine quand je me rends compte qu'un catholique, un enfant de Dieu qui, par le baptême, est appelé a être un autre Christ, rassure sa conscience avec une piété simplement formelle, avec une religiosité qui le conduit à prier de temps à autre, uniquement s'il pense que cela lui est utile!, à assister à la Sainte Messe les jours d'obligation, et même pas tous, tandis qu'il prend bien soin de satisfaire son estomac en mangeant à heures fixes; à céder dans sa foi, disposé à l'échanger contre un plat de lentilles, pourvu qu'il ne perde pas sa situation... Et ensuite à utiliser, avec sans-gêne ou avec scandale, l'étiquette de chrétien pour s'élever. Non! Ne nous contentons pas des étiquettes. Je veux que vous soyez chrétiens de la tête aux pieds, d'un seul bloc; et pour y parvenir vous devrez chercher, sans compromis, la nourriture spirituelle adéquate.

Vous savez par expérience personnelle, et vous m'avez entendu le répéter fréquemment, pour vous prémunir contre le découragement, que la vie chrétienne consiste à commencer et recommencer chaque jour; et vous constatez dans votre cœur, comme moi dans le mien, que nous avons besoin de lutter avec constance. Lorsque vous vous examinez, vous avez dû observer (cela m'arrive aussi a moi; pardonnez-moi de faire ces références a ma personne, mais tout en vous parlant je pense avec le Seigneur aux besoins de mon âme) que vous subissez de petits échecs répétés; et vous avez parfois l'impression qu'ils sont gigantesques, parce qu'ils révèlent un manque évident d'amour, de don de soi, d'esprit de sacrifice, de délicatesse. Entretenez en vous des désirs de réparation, et ceci avec une contrition sincère, mais ne perdez surtout pas la paix.

J'insiste maintenant auprès de vous pour que vous vous laissiez aider, guider, par un directeur de conscience, auquel vous confierez tous vos projets saints et les problèmes quotidiens qui affectent votre vie intérieure, les échecs que vous essuyez et toutes vos victoires. (…) (Amis de Dieu, nos 13-14)